COVID-19 | Ouest Avenue s’engage pour votre sécurité : gestes barrières, visites virtuelles ou physiques sécurisées, signatures électroniques...

La copropriétaire pouvait-elle mettre des plantes dans la courette ?

Le syndic estime qu’elle a tenté de « privatiser » un espace commun, ce qui allonge le délai de prescription de son action. Il obtient qu’elle soit condamnée à remettre les lieux dans leur état initial.

Lire la suite sur lemonde.fr

Rejoignez la discussion

Compare listings

Comparer